TEMOIGNAGE DE MME F
Quinze jours  après le  décès de mon fils J.M survenu brutalement, je me trouvais sur la place Saint Roch à Nice, quand soudain une pensée m’est venue «pourquoi ne pas me faire aider par une association pour faire mon deuil» ?
L’Association Causette m’a aidée et m’a mise en  contact avec le défunt.
Très rapidement elle m’a décrit l’endroit où il se trouvait (pré, fleurs jaunes et eau qui coule) :c’est  mon jardin à Saint Martin Vésubie.
Beaucoup d’autres  messages  ensuite m’ont bouleversée : à toi Franck le cow boy, l’ami indestructible je veux qu’on partage encore nos moments de folie et que ma mémoire et mes œuvres restent dans le cœur des « fadas »  de notre espèce et de notre amour de la nature. Tu te rappelles notre complicité avec l’ânesse  Julia et les meules de foin renversées…
A toi Maman je te demande de créer un  musée pour faire aimer le sport et la nature aux enfants : SPORT ART ET NATURE.
Qui était mon fils ? C’était un très grand sportif, c’est lui qui a lancé le ski acrobatique et le ski sur bosses  dans les Alpes du Sud, il a  également tourné un film qui a même été primé au festival de la montagne 
Il était aussi photographe amateur spécialisé dans les photos de  nature (fleurs et plantes)
Très étonnée devant tant de réalités je remercie chaleureusement M. qui m’a permis d’avancer dans la vie et d’avoir un but.
 


TEMOIGNAGE DE GIGI

 

Après la perte de deux maris, écrasée de chagrin, je ne pouvais et ne voulais pas croire que tout s’arrêtait  après la mort, qu’il n’y avait plus que le néant !

J’ai alors commencé un long chemin de recherches, attentive à tous les signes qui étaient mis sur ma route.

-         La rencontre avec les personnes dont j’avais besoin pour ce cheminement, les synchronicités, les évènements marquants à des dates anniversaire, la découverte d’associations d’aide aux personnes qui avaient perdu un être cher (Vie et Harmonie, Causette, Ceppi).J’ai  aussi développé ma sensibilité avec les animaux , la communication avec les arbres, en particulier un arbre de mon jardin – j’en parlerai plus loin et… même avec les insectes ! 

 J’ai aussi été dirigée par le biais et la progression de mes lectures vers les mystères ou plutôt le pouvoir de l’énergie : le Reiki, l’expérience du pouvoir de la pensée sur la matière et aussi celui de l’Amour Inconditionnel.

Mais je veux ici parler de ce que j’ai vécu ou expérimenté.

Un jour j’ai sauvé un petit oiseau qui s’était fracassé sur une vitre. Je l’ai recueilli et je l’ai installé dans un petit lit douillet improvisé. Il avait un œil fermé et   se laissait prendre sans réaction. Avec une seringue je lui ai donné à boire. Puis il s’est remis en quelques heures et s’est envolé, à ma grande joie.

Le lendemain, lorsque je suis sortie de chez moi, un petit oiseau a fait un manège d’allers et retours devant moi – puis s’est perché sur une rose fanée à très peu de distance de moi  et a arraché les pétales séchées qu’il laissait tomber comme pour me les offrir et lorsqu’il est parti il m’a fait un « cui-cui » comme pour me dire quelque chose ! Peut-être « merci et au revoir » ? C’est sûr que c’était mon petit rescapé, je l’ai bien senti. Le lendemain, il a recommencé son petit manège, mais cette fois, sans les fleurs ! Les oiseaux ont-ils conscience  de la beauté d’une rose ?

Durant trois étés de suite, j’ai eu un rapport privilégié avec un lézard que j’avais baptisé « Oscar ».

Chaque jour, aux alentours de 13 heures, il venait au bout de la terrasse et je lui donnais des minuscules lamelles de parmesan dont il se délectait (il passait sa langue fourchue d’un côté à l’autre de sa petite bouche). Comment  j’avais découvert  son goût pour le parmesan ? Tout simplement il venait tous les jours au moment de notre déjeuner, car mon petit neveu encore bébé laissait tomber  des pâtes sur lesquelles il y avait du parmesan et ce petit lézard qui avait repéré cette aubaine, venait, non pas manger les pâtes, mais les miettes de parmesan. (mon mari adorait le parmesan et souvent le soir, lorsqu’il rentrait à la maison il « volait voulu nous faire comprendre qu’il savait et qu’il venait nous consoler !

De plus, le matin même, nous avons, oh surprise, trouvé deux petits chatons qui ne devaient pas avoir plus de trois semaines vers la cabane de notre jardin. Miracle ! Bien sûr nous les avons gardés avec la maman qui n’était pas loin et que nous avions nourrie pendant plusieurs mois ! Bonheur… Cadeau de « l’autre côté de la vie » ?

 Mais passons à d’autres faits ou expériences que j’ai pu vivre.

J’étais en Inde, dans l’Etat du Gudjara. Nous partions tout le groupe dans le désert du Thar à dos de dromadaire. J’ai une attirance particulière pour ces animaux que je trouve majestueux et fiers ! Nous attendions tous le moment du départ. Donc j’étais bien installée sur « mon » dromadaire – son maître était parti discuter avec les autres chameliers et je me suis mise à lui parler. Je lui ai dit plein de choses : que je l’aimais, qu’il fallait qu’il soit gentil car je venais d’être opérée de la hanche (5 mois auparavant – le chirurgien m’avait dit que c’était un peu tôt pour ce voyage !) et alors, surprise ! il tourne son grand cou en arrière et vient me caresser la jambe avec sa joue ! ouah ! incroyable !

Dans un autre domaine, je pense avoir une connexion avec les arbres, en particulier avec un olivier de mon jardin.

Un soir, à la nuit tombée, je suis allée me ressourcer auprès de mon olivier que j’ai entouré de mes bras. Je me suis connectée à lui et au bout de plusieurs minutes, il m’a fait un cadeau merveilleux -  j’ai vu … une de ses branches devenir lumineuse  parcourue d’un courant de lumière verte !  Je me suis dit : Je rêve ! j’ai alors fermé les yeux et après les avoir rouverts, ce courant lumineux était toujours là. C’était incroyable !  très troublée par ce qu’il venait de se passer, mais si heureuse ! Merci cher olivier pour ce beau cadeau. Non et non, je n’ai pas rêvé, c’était bien réel .

 

Quelques mois après la mort de mon premier mari, il est arrivé quelque chose que je n’ai compris que plusieurs années grâce à mes lectures et les conférences auxquelles j’ai assisté.

J’ai vu mon mari tel qu’il était de son vivant, mais comment expliquer. La personne qui n’était pas loin de moi et que je ne connaissais pas, a pris l’apparence de Jacques. J’étais tellement émotionnée que je me suis presque enfuie. Ce n’était pas une illusion, car mon amie chez qui l’accident de mon mari s’était passé, l’a vu aussi, mais à environ une demie heure après moi.

 

J’ai connu, par la suite, cette personne qui ne ressemblait en rien à mon mari. Je suis sûre maintenant qu’il a voulu se manifester par incorporation. A cette époque je ne s         avais pas que cela pouvait exister.  Merci.

Je me suis « enivrée » de lecture de livres qui parlaient de l’après- vie. Je trouvais un tel réconfort que je commençais à voir la mort autrement, moins morbide, plus douce. Je suis devenue attentive aux signes, aux manifestations qui pouvaient se produire.

Les N D E (near death experience) ou  E M I (expérience de mort imminente) m’ont ouvert une porte sur l’espoir que tout n’était pas fini après la mort.

J’aurais tellement voulu rencontrer une personne qui avait vécu cet état de mort imminente ! Je n’ai pas cherché, cette personne est venue à moi, dans la rue, les bras grand ouverts.  Elle me dit, alors, qu’il y avait longtemps qu’elle voulait me rencontrer !  Elle s’est présentée (nous connaissions son mari, mais moi je ne la connaissais pas, mais elle, oui). Et sa conversation m’a tout de suite branchée, car elle me parlait d’énergie de synchronicités ! Puis elle me raconte la N D E qu’elle avait vécue ! En moi, j’explosais de joie – enfin ! 

Je crois fermement que lorsqu’on désire quelque chose avec son cœur, sa sensibilité, ses croyances, on passe sur un autre niveau de vibration et les connexions se font , les synchronicités se déclenchent !  C’est peut être la clef d’une certaine forme de joie, d’un certain bonheur. Cela permet d’être plus vivant, plus profond, plus réceptif.

 

Il m’est arrivé quelque chose de très curieux et très troublant aussi : une nuit j’ai été réveillée par une caresse sur la cuisse droite. Je n’ai pas le temps de me dire qu’est ce qu’il m’arrive, que la caresse s’est répétée plusieurs fois (je n’avais pas peur, je voulais croire à la présence de mon mari qui était parti de l’autre côté de la vie quelques années avant) et quelques mois après je me cassais le col du fémur  (côté droit). A-t-on voulu me prévenir ?

Un soir peu de temps après le décès d’Emile, mon second mari, je regardais un film qui passait à la télévision « L’amour à mort » avec Pierre Arditi qui était l’acteur principal . Dans ce film, le personnage qu’incarnait Pierre Arditi meurt, mais revient à la vie après avoir fait une N D E !  Alors que j’écoutais intensément, la télé change de chaîne ! Interloquée je me demande ce qui se 

passe. Puis pleine d’espoir,  je me suis dit que certainement mon mari était là et me signalait sa présence au travers du poste de télévision ! et de nouveau il y a eu un changement de chaîne au moment où le personnage de Pierre Arditi parlait de ses ressentis, de cette envie qu’il avait de retourner là où il avait été lors de sa NDE et de retrouver cette musique qu’il avait entendue et qu’il n’arrivait pas à retrouver sur son piano. Elle n’était pas terrestre. 

Un témoignage qui n’est pas de moi, mais de ma voisine qui a perdu son mari il y a bientôt deux ans. Je l’ai accompagnée dans son deuil et je lui ai beaucoup parlé et, maintenant elle est attentive aux signes … et depuis quelques temps, chaque jour elle trouve sous le citronnier qui se trouve près de la maison, une feuille en forme de cœur ! Devinez, comment elle prend ces signes !

Les livres m’ont tellement apporté ! Tout d’abord, le livre de Raymond Moody « La vie après la vie » qui m’a vraiment apporté du réconfort et a planté une graine d’espoir – la mort n’est pas une fin ! Puis j’ai lu Philippe Raguenaud « L’autre côté de la vie » qui communique  au travers de signes avec Catherine Anglade son épouse décédée. Cette lecture m’a sensibilisée et éveillée pour capter les signes que l’on pouvait recevoir.

Ensuite, Maguy Lebrun m’a apporté un autre éveil par le fait que son mari, médium lui transmettait, alors qu’il dormait, des instructions qui lui venaient des médecins du ciel, puis par diverses lectures qui m’étaient conseillées je suis arrivée à la série écrite par James Redfield de la « Prophétie des Andes »et  une autre voie s’est ouverte et je suis devenue très attentive aux synchronicités qui se présentaient  nombreuses depuis ces lectures. J’ai l’impression que tout s’enchaîne dans la progression des lectures et c’est fantastique !

Je ne me souviens plus comment je suis arrivée à lire l’auteur «Janine Fontaine » mais j’ai «bu, dévoré » sept de ses livres qui parlent de sa formation aux Philippines, avec le chirurgien à mains nues Antonio (Tony) Agpaoa. Je rêvais donc de rencontrer un tel personnage. Pourtant, ce genre de « chirurgien » est très critiqué – on ne croit pas à ces opérations qui sont pratiquées seulement avec leurs mains. Ils ouvrent les ventres sans aucun instrument  et soignent une multitude de personnes chaque jour.

Un jour mon souhait s’est concrétisé. Alors que je parlais de ces  « magiciens » avec mon cousin, celui-ci, me dit : « tu veux en connaître un ?  Tu viens avec nous à Genève – on se fait soigner par Alex Orbito, depuis plusieurs années, lorsqu’il vient à Paris ou à Genève. C’est un chirurgien à mains nues philippin !

C’est d’accord vous pensez bien , j’allais réaliser mon souhait que je pensais impossible avant ! rencontrer un personnage qui pratiquait une telle médecine ! Donc, voilà, je suis à Genève pour « expérimenter ses soins » - non que j’ai envie qu’il m’ouvre le ventre, mais qu’il soigne les douleurs lombaires. Ses soins ne durent que 2 à 3 minutes – c’est très rapide. Je ressens comme des griffures dans le dos, puis je passe auprès d’une de ses assistantes qui met sur l’endroit soigné un papier trempé dans de l’eau bénite (ou magnétisée plutôt par Alex). Ce papier ne doit ni être enlevé ni jeté- il tombe seul et doit être brûlé ensuite. Lorsque je suis rentrée à l’hôtel, curieuse de voir ce qu’il avait fait car de telles griffures doivent laisser des traces, j’ai cherché en vain, rien, il n’y avait rien, mais je n’avais plus de douleur dans le dos !                                                                                                      C’est sûr que ces personnages ont un don.

Mon cousin a assisté de très près (avec l’accord d’Alex) aux soins donnés à sa femme. Alex a plongé la main dans son ventre où il a pratiqué une ouverture sans autre outil que sa main et a retiré une masse sombre. Je ne sais s’il a matérialisé le mal au travers de ce qu’il a extrait, je ne le saurais jamais.

Ce cheminement dans ma vie m’a apporté beaucoup d’apaisement, m’a aussi ouvert des « portes » insoupçonnées. Je n’avais pas cette culture !

 Faut-il vivre  des épreuves cruelles pour atteindre des états de conscience modifiée, de conscience élargie, pour enfin expérimenter de tels moments ?

Nous avons tous en nous quelque chose de divin,  que l’on croit en Dieu ou en d’autres divinités. Il s’agit de nous mettre en état réceptif et alors ………….. !!!